Publié dans 11-12-13/20, Années 2010, M.-J. Arlidge, thriller

Am stram gram M.J. Arlidge

am stram gram

Résumé

Deux jeunes gens sont enlevés et séquestrés au fond d’une piscine vide dont il est impossible de s’échapper. À côté d’eux, un pistolet chargé d’une unique balle et un téléphone portable avec suffisamment de batterie pour délivrer un terrible message : « Vous devez tuer pour vivre. » Les jours passent, la faim et la soif s’intensifient, l’angoisse monte. Jusqu’à l’issue fatale.

Les enlèvements se répètent. Ce sont les crimes les plus pervers auxquels le commandant Helen Grace ait été confrontée. Si elle n’avait pas parlé avec les survivants traumatisés, elle ne pourrait pas y croire.

Helen connaît les côtés sombres de la nature humaine, y compris la sienne ; pourtant, cette affaire et ces victimes apparemment sans lien entre elles la laissent perplexe.

Rien ne sera plus terrifiant que la vérité.

Mon avis

Qui n’a jamais rêvé de se venger de deux collègues insupportables, d’un couple niais qui nous hérisse les poils ou bien des voisins qui mettent la musique à fond toute la nuit en semaine? Ces personnes qui n’ont jamais froids aux yeux et qui avancent guidées par leur ego? Non? Moi, si. De les kidnapper puis de les enfermer dans un espace clos (un bassin vide, une cave ultra fermée) et de leur faire une petite frousse un moment, histoire qu’ils redescendent de leur petit nuage?
Bon, dans ce livre, le coupable est un (gros) poil plus sadique. Ici, le deal est simple. Deux personnes enfermées, un flingue et une seule issue: tuer l’autre pour se sauver. Humm, ça sent bon le remake de Saw, j’adore. Et plus c’est gros, plus ça passe: un jeune couple amoureux, une mère et sa fille handicapée, deux collègues de travail… Finalement, les morts sont plus en paix que ceux qui restent, à jamais traumatisés par leur acte inavouable.
Vous rajoutez à cela une flic anglaise, Helen, qui elle-même n’est pas trop à l’aise avec elle-même ni avec les autres et qui s’adonne à des parties de SM à ses heures perdues.
Les 200 premières pages sont prenantes, le rythme est soutenu et les chapitres très courts. Ensuite, on lit pour savoir, on veut connaître la vérité. Du coup, je ne vous cache pas que le dénouement n’est pas à la hauteur de mes attentes. Et sans émettre aucun spoil, je trouve que le coupable est facile, et correspond à des stéréotypes déjà vus maintes et maintes fois…

Les +

  • l’idée de départ
  • le côté Saw
  • la première moitié du bouquin

Les –

  • le dénouement
  • le méchant

En bref

C’est une bonne lecture, un bon roman entre thriller psychologique (avec les scènes de huis-clos) et policier (pour l’enquête de la police).

Ma note

12/20

Publicités

Auteur :

Enseignante et curieuse culturelle.

Un commentaire sur « Am stram gram M.J. Arlidge »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s