Publié dans 11-12-13/20, 2017, Beth Lewis, thriller

La Voie du loup – Beth Lewis

la voie du loup

glitter_969ecc59e5

  • Titre: La Voie du loup (The Wolf Road)
  • Auteur: Beth Lewis (Royaume-Uni)
  • Date: 2016 (Version française, 2017)
  • Pages: 377
  • Genre: Thriller, Aventure
  • Maison d’éditions: Bragelonne

glitter_2f6db95332

Elka n’a aucun souvenir de sa vie d’avant. D’avant le Grand Basculement qui a renvoyé le monde à la vie sauvage et restauré la loi du plus fort. Recueillie à l’âge de sept ans par Trappeur, un chasseur solitaire, alors qu’elle errait affamée, elle a appris à survivre dans la forêt. Mais Trappeur dissimule un horrible secret. Trappeur est un tueur. Un monstre qui n’a jamais laissé aucune proie s’échapper.
Maintenant qu’elle le sait, Elka décide de s’enfuir. Armée de son seul couteau, traquée par le prédateur qui l’a élevée, elle part vers le Nord, à la recherche de ses vrais parents.
Son voyage au cœur des ténèbres commence, hanté par les souvenirs qui lui reviennent peu à peu. Féroce et vulnérable à la fois, indomptable et sensible, Elka n’est peut-être pas celle qu’elle croit.

glitter_64ebd2bf87

J’ai un avis plutôt mitigé sur ce livre que je viens de terminer.

C’est en refermant le livre et en glanant quelques informations sur internet que je me suis rendu compte que l’histoire de ce livre se déroule dans une société post-apocalyptique. Tout au long de la lecture, j’ai cru qu’on était dans les États-unis ou le Canada du XIXe siècle avec les thèmes de la nature sauvage et hostile, de la chasse, des trappeurs, de la conquête de l’Ouest et de la recherche d’or… Je pensais que l’auteure nous laissait sciemment dans le doute quant à la période historique et aux lieux traversés. Je trouve dommage que l’on n’est pas plus de détails sur ce qui s’est passé, le pourquoi du comment à part quelques références historiques grossières au « Second conflit » et à la « Grosse Cata » et surtout, je ne trouve pas normal qu’on puisse sortir de ce récit sans jamais avoir remarqué qu’on se situait dans une société qui n’existe pas… J’ai d’ailleurs du mal à croire qu’une société post-apocalyptique ressemble à ce point à une société du XVIIIe ou du XIXe siècle… Je regrette également que les auteurs n’aient pas plus d’imagination lorsqu’il s’agit d’inventer une société, pourquoi parodier le passé? Pourquoi ne pas nous laisser dans l’ignorance si c’est pour dire peu ou dire mal? Bref, passons car ce n’est pas le coeur du sujet…

Le coeur du sujet, c’est cette petite fille élevée dès ses 7 ans par un trappeur qu’elle appelle Papa. Malgré quelques événements étranges, elle apprend la chasse et les techniques de survie grâce à lui. Cependant, à 17 ans, elle apprend que Trappeur n’est pas celui qu’elle croit et qu’il est recherché pour plusieurs homicides. Elka commence un long périple dans la nature pour rejoindre une ville au Nord, probablement là où se trouvent ses vrais parents. Elle est traquée par des ours, des loups, Trappeur et Lyon, la « fliquette » qui les poursuit. Elle va faire de nombreuses rencontres avant d’arriver à destination.

J’ai aimé ce récit de survie qui me plait bien en général. J’ai également aimé toutes les péripéties mises sur la route d’Elka. Je me suis souvent cru dans les films de Tarantino et parfois même dans The Revenant d’Iñárritu. La lecture de ces aventures n’était pas désagréable, au contraire, j’ai bien aimé. Toutefois, je regrette la manière dont l’auteur nous dévoile à l’avance l’issue des péripéties. Je n’ai pas aimé non plus la manière dont l’auteur termine ses chapitres avec des twists téléphonés.  En effet, la gestion du rythme, les péripéties et les twists m’ont paru surannés. J’ai trouvé quelques lourdeurs dans la narration qui revenaient très souvent malheureusement et je ne sais pas si cela a un rapport avec la traduction, ou pas.

La révélation finale de l’histoire est plutôt plaisante mais ça ne m’a pas retourné le cerveau. C’est un thriller gentillet, encore plus gentillet depuis que je sais qu’on se trouve dans une société post-apocalyptique qui malheureusement a tendance à excuser beaucoup de vices

glitter_8c705d61ff

  • La wildness américaine dans toute sa splendeur
  • Je me suis imaginée dans un Tarantino et dans The Revenant d’Iñárritu
  • Le personnage d’Elka qui est très attachant
  • Des personnages forts physiquement et mentalement
  • Une fin subtile et réussie

glitter_a7dc44c4a0

  • Pas de cadre spatio-temporel
  • Des longueurs
  • Les appels ratés en fin de chapitre qui plombent le récit
  • La façon qu’à l’auteur de spoiler le dénouement de la péripétie
  • La faible présence du Loup qu’on nous vend à tort sur la 4e!
  • Des lourdeurs dans la narration ou la traduction?

glitter_7cac9cb222

Une bonne lecture qui vous plonge dans un univers dépaysant, mystérieux et hostile.

glitter_a8d5562318

13/20

Publicités

Auteur :

Enseignante et curieuse culturelle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s