17-18-19/20, 2019, contemporain, Nan Aurousseau

Les Amochés – Nan Aurousseau

9782283031193

glitter_969ecc59e5

  • Titre: Les Amochés
  • Auteur: Nan Aurousseau
  • Date de parution: 2019
  • Genre: Contemporain
  • Nombre de pages: 330
  • Maison d’édition: Buchet/Chastel

glitter_2f6db95332

Quelque temps après une rupture sentimentale assez violente, un homme d’une soixantaine d’années, menant la vie d’un moine érudit retiré dans un hameau de montage, se retrouve brutalement confronté à un événement surnaturel qui va le mener au bord de la folie..

glitter_64ebd2bf87

« C’est un bruit qui m’a tiré du sommeil ce matin. » Incipit, page 9.

Dès la première phrase, je retrouve la plume de Nan Aurousseau. Comment définir son style? L’auteur utilise une langue très orale, sans ornements ni fioritures. Et pourtant, le style est magnifique, il touche là où il faut avec un humour incisif et délicieux. En résumé, Nan Aurousseau est un auteur qui sonne juste.

« Squattés par les souris et les araignées, les vieux meubles y pourrissent paisiblement en sirotant le temps qui passe ». page 11.

Ce que j’ai aimé, dès le début du roman, c’est le contexte social dans lequel l’auteur intègre ses personnages. Il s’agit d’un roman rural où la misère côtoie la grâce de personnages cultivés. C’est en cela que j’ai retrouvé le style de Franck Bouysse dans ce roman. Comme chez Franck Bouysse, les personnages sont toujours curieux, cultivés, plein d’esprit de finesse et vivent en ermite dans un espace déserté par le tumulte de notre époque. Bref, je ne pouvais qu’aimer ce roman.

« Elle m’avait donc laissé en suspension au bout d’un « mais » en plein mois d’août » page 62.

La partie qui m’a le plus plu dans ce roman, c’est la solitude amoureuse du personnage principal, Abdel. Il raconte ses expériences amoureuses à la première personne avec une sincérité et une détresse qui, à son âge, devient plus que touchante. Bon, voilà les soixante premières pages…

Après ça part en vrille… Pendant une cinquantaine de pages, c’est complètement WTF et j’ai presque cru que Nan Aurousseau m’avait perdue. Bravo, car il a réussi à me déstabiliser. Sans crier gare, tu te retrouves dans « Je suis une légende » sauf que New York devient Montluçon et que Will Smith a pris un sacré coup de vieux.

Heureusement, cette partie surnaturelle prend vite fin, et le retour à la réalité va faire très mal.

« Je devenais peut-être fou sans m’en rendre compte parce que c’est comme ça qu’on devient fou justement, sans s’en rendre comptes ». Page 110

Évidement, comme toujours avec Nan Aurousseau, on aura le droit à un petit tour par la case prison et par le quiproquo judiciaire. À ce moment-là, j’attendais avec impatience le moment où le roman noir allait prendre le dessus… Malheureusement, ce roman n’est pas un roman noir.

Enfin, j’ai adoré les cinquante dernières pages. J’aurais voulu en lire plus, bien plus ! J’ai eu bien du mal à quitter le personnage principal, son hameau, ses livres et sa solitude… Je ne saurais dire pourquoi, mais le livre a réussi à me parler.

Il y a deux ans, j’avais découvert l’auteur avec Des coccinelles dans des noyaux de cerise – Nan Aurousseau. Je l’avais adoré, il est meilleur que celui-ci, selon moi, car plus noir et moins fantastique.

Merci à Babelio et aux éditions Buchet/Chastel pour cette très bonne lecture.

glitter_a8d5562318

17/20

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s